Théâtres Parisiens

Retour à la liste des théâtres

Théâtre de l'Atelier

DirectionDidier Long, Véronique Deshaires
Jauge560
Adresse1 place Charles Dullin
Emailtheatreatelier@theatre-atelier.com
Sitewww.theatre-atelier.com/
Téléphone01 46 06 19 89
Télécopie

Théâtre de l'Atelier

Parce qu'il connaissait le lieu mystérieux où étaient inhumés Louis XVI et Marie Antoinette, le comédien Pierre Jacques Seveste permit à Louis XVIII de réaliser son vœu de rassembler dans un monument funéraire les illustres ossements. En récompense il reçut par décret royal du 10 juin 1817 le privilège pour lui et ses fils, toute leur vie durant, de « régner » sur la vie culturelle de la banlieue du Paris d'alors. Seveste lance la construction de nombreux théâtres, parmi lesquels le Montmartre est le premier à voir le jour. Ce n'était encore qu'une petite salle au coeur du village d'Orsel, à flanc du Mont des Martyrs et dont l'inauguration eut lieu le 23 novembre 1822. La troupe qui s'y produit est essentiellement composée des élèves de Seveste, qu'il exploite allégrement et logiquement qu'il répugne à payer. Le « Théâtre d'élèves » comme on a coutume de l'appeler alors, est entièrement fait en bois, ce qui lui vaut d'être affublé également du surnom de « Galère Seveste ».

Théâtre de l'Atelier

En 1829, un scandale retentissant secoue le petit monde des gens de théâtre : Madame Herfort, membre de la troupe permanente du Montmartre, abandonne le domicile conjugal et emménage dans sa loge. A l'unisson ses camarades de scène témoignent en sa faveur lors du procès intenté par le mari bafoué. Le Procureur s'emporte contre ces suppôts de la décadence morale et les traite publiquement d' « histrions » ; en d'autres termes, insulte suprême, à la fois de rigolos et de mauvais acteurs.

Avec la Révolution de 1848, le Montmartre est rebaptisé Théâtre du Peuple. Mais le peuple n'est pas au rendez-vous, et la dégringolade des recettes contraint les fils Seveste de céder le Théâtre un an plus tard à deux comédiens, Libert et Gaspari, qui en assurent la direction couplée à celle du Théâtre des Batignolles. En 1852, Gaspari part présider aux destinées du Beaumarchais, et laisse Libert seul aux manettes. Lui succède l'année suivante Alexandre-Hippolyte Chotel, comédien lui aussi.

En 1860, la commune de Montmartre, dans laquelle s'était fondu le village d'Orsel, est annexée à Paris. Le Montmartre devient un « théâtre de quartier ».

En 1870, le siège de Paris par les prussiens et leurs alliés affame la population. Georges Clémenceau, jeune maire de l'arrondissement, décide d'organiser au Théâtre un gala de bienfaisance. Chotel meurt d'une phtisie galopante. Lui succède sa veuve, dont la direction dynamique initie avec succès une politique encore timide de créations. A sa mort en septembre 1886, lui succède Pascal Lagarde auquel succède… sa veuve.

En 1905, un jeune comédien inconnu fait ses premiers pas sur la scène du Montmartre. Dix-sept ans plus tard, Charles Dullin marquera à jamais de son empreinte la destinée du Théâtre.

En juillet 1907, le nouveau directeur Félix Soulier fait appel à l'architecte Gilbert Duron pour transformer le Théâtre de fond en comble. Sarah Bernardt donne à l'inauguration un caractère événementiel par une série de représentations de La Dame aux Camélias devant des salles combles de montmartrois éblouis.

La guerre éclate en 1914. Le Montmartre ferme ses portes et peu après n’échappe pas à la règle : la presse annonce la mort du Montmartre Théâtre et la naissance du Montmartre-Ciné. Une page de l’histoire du Théâtre se tourne.

C’est véritablement en 1922 que commence la grande aventure de ce qui n’est encore qu’une modeste salle de quartier, quand son directeur, Maurice Robert, renonce à toute activité cinématographique. Bien inspiré il confie la direction artistique du Montmartre Théâtre à Charles Dullin. Dullin donne le nom de sa compagnie au Théâtre Montmartre qui devient le Théâtre de l’Atelier.

Dullin prend la direction du Théâtre Sarah Bernhardt ( Actuel Théâtre de la Ville ) et confie l’Atelier à son ami et collaborateur, le décorateur André Barsacq dont le rêve de mettre en scène peut dès lors se concrétiser. Il met en scène notamment Le Bal des voleurs et Antigone de Jean Anouilh, L’Oeuf de Félicien Marceau, Château en Suède de Françoise Sagan, L’Idiot de Dostoîevski.

De 1973 à la fin de l’année 1998, le metteur en scène Pierre Franck succède à André Barsacq. Vigilant à maintenir une grande qualité de programmation, il met en scène au Théâtre de l’Atelier notamment Pirandello, Ionesco, Beckett, Bernhardt, Strinberg avec régulièrement pour interprètes Michel Bouquet et Laurent Terzieff.

Laura Pels, dont la Fondation qui a pour but de soutenir le théâtre à New-York a apporté sa contribution à plus de deux cents organisations bénévoles, soutenu de très nombreuses productions, programmes éducatifs et projets de développement devient en janvier 1999 la nouvelle directrice du Théâtre de l’Atelier.

En février 2015, Didier Long devient le nouveau directeur du Théâtre de l’Atelier.