Théâtres Parisiens

Retour à la liste des théâtres

Café de la Gare

DirectionPhilippe Manesse
Jauge290
Adresse41 rue du Temple
Emailcdlg5@wanadoo.fr
Sitewww.cdlg.fr/
Téléphone01 42 78 52 51
Télécopie01 42 78 10 29

Café de la Gare

Le Café de la Gare a été créé juste après mai 68 par une bande de copains qui ont restauré une vieille fabrique de ventilateurs, passage d'Odessa (dit aussi « passage du Départ »), proche de la gare de Paris-Montparnasse à Paris dans le 14e arrondissement.

Chantier collectif où tout le monde met la main à la pâte, le Café de la Gare ouvre en 1969 avec ses premiers acteurs-constructeurs-fondateurs, Romain Bouteille, Coluche, Sotha, Patrick Dewaere, Miou-Miou, Henri Guybet… Défini par Coluche, le mode de vie de la troupe d'inconnus est le copinage en concubinage. Coluche vit avec sa petite amie Miou-Miou, Sotha, compagne de Romain Bouteille, le quitte pour Patrick Dewaere qui séduit ensuite Miou-Miou. Henri Guybet, Jean-Michel Haas, Catherine Mitry, Gérard Lefèvre (dit Gégé) font partie des fondateurs, qui versent au pot commun leurs modestes cachets. Georges Moustaki, Raymond Devos, Jean Ferrat, Jacques Brel, Leny Escudero, Pierre Perret, Jean Yanne, Julien Clerc, Jean Rochefort, la revue Hara-Kiri et même le magasin Inno-Montparnasse apparaissent aussi comme mécènes.

Café de la Gare

Le 12 juin 1969, le Café donne son premier spectacle : un ensemble de textes burlesques signés Bouteille, Sotha, Gégé et Dewaere. La salle est inachevée, le slogan du lieu est « C'est moche, c'est sale, c'est dans le vent ». À son ouverture, le Café de la Gare se présente comme un « café-théâtre », terme vague qui, à l'époque, s'appliquait surtout à une catégorie fiscale. Cependant, on n'y a jamais bu de café, et il n'y a jamais eu de tables ni de chaises, seulement des gradins pour environ 180 personnes, entourant sur trois côtés une scène d'environ 8 mètres sur 5.

Le public qui arrive pour voir ce théâtre de la dérision et de la farce, doit chaque soir, se plier à un rituel : chacun tire au sort le prix de sa place à l'aide d'une roue genre loterie qui est actionnée par les acteurs. Ainsi, les plus chanceux ne paient rien et récupèrent même 1 franc, les moins chanceux paient le prix d'une place de cinéma. Une fois assis sur les bancs, les spectateurs ont droit à une boisson servie toujours par ces mêmes acteurs, ainsi qu'à un coussin qui est généralement jeté en pleine figure par ces derniers (une fois la boisson bue, quand même).

Renaud participe à la création du café-théâtre, dès 1969 La légende de l'improvisation permanente, exagérée, sert de catalyseur. Les deux premiers spectacles Allume, j'étouffe... et Des boulons dans mon yaourt présentent une série de sketches écrits par l'ensemble des acteurs.

En 1971,le café de la Gare déménage au 41 rue du Temple dans le 4e arrondissement, dans un relais de postes du XVIIe siècle anciennement appelé l'« Auberge de l'Aigle d'Or ». Il devient alors le plus grand café-théâtre de la capitale avec une salle de 450 places.

Le succès inquiète Bouteille. Il cherche à imposer ses choix : pas de chef, pas de metteur en scène, l'acteur reste maître de son texte, répartition de la recette en parts égales, pas de sanctions, celui qui s'en va doit trouver un remplaçant.

En 1970, à la suite de problèmes d'alcool qui le rend exécrable voire violent, Coluche qui invective et va jusqu'à frapper Bouteille alors qu'ils répètent Des boulons dans mon yaourt, se voit obligé de quitter la troupe.

Les uns partent, d'autres arrivent ou reviennent : en 1973, Philippe Manesse, Patrice Minet et Marie-Christine Descouard s'établissent dans la troupe et certains membres fondateurs comme Patrick Dewaere, Miou-Miou, Henri Guybet vont et viennent en parallèle de leurs carrières au cinéma. Plus tard, le collectif s'agrandit avec Gérard Lanvin, qui vendait auparavant des vêtements, Gérard Depardieu, Renaud. D'autres acteurs y passent : Rufus, Martin Lamotte, Thierry Lhermitte, Diane Kurys, Coline Serreau. On retrouve aussi dans la nébuleuse Josiane Balasko, Anémone, Gérard Jugnot.

Aujourd'hui Philippe Manesse, rescapé de cet exode, dirige avec Sotha ce qui est devenu un Théâtre Privé de 300 places, secondés par Dominique Dorel, Philippe Rony... et par leurs amis, toujours, et par leurs enfants, aussi.